Le journalisme est plus qu’un métier, c’est un passion…

Nous sommes journalistes 24h/24, 7j/7, à l’écoute de ce qui se dit et se passe, avec – comme je le disais à l’époque – « des petites antennes » qui vibrent dès qu’une information vue, lue, entendue semble intéressante. 

J’ai toujours été fascinée par le monde et surtout les gens qui m’entourent. J’ai l’envie de découvrir, de rencontrer, de savoir, de discuter, d’enquêter, de raconter et transmettre. C’est dans mon ADN.

Pendant plus de dix ans, je me suis régalée comme journaliste. Après des débuts comme dans la radio (France Bleu Nord, France Bleu Hérault, puis RTL), je suis devenue correspondante du quotidien national La Croix.

Je sillonnais dès l’aube notre belle et grande région du Languedoc-Roussillon à la rencontre de ce qu’on appelle, dans notre jargon, « les vrais gens ».

Je me suis toujours dit que j’aurais dû écrire un livre sur ces centaines de reportages et ces tranches de vie…

Après un retour à Paris comme responsable justice à La Croix, j’ai pris la décision de revenir dans le Sud de la France.

En 2010, j’ai eu l’opportunité de prendre de nouvelles responsabilités : je suis devenue rédactrice en chef du magazine Objectif Languedoc-Roussillon (aujourd’hui La Tribune Montpellier).

Ce poste m’a permis d’avoir une vision complète de la fabrication d’un magazine : du chemin de fer à la réalisation de la Une, en passant par la commande des sujets, leur « éditing » ou encore le choix des photos.

2012 – Lancement du titre Jeudi tout. Une aventure éphémère mais réjouissante !

En 2012, l’occasion s’est présenté de pouvoir créer mon propre hebdomadaire, Jeudi tout ! Notre journal portait sacrément bien son nom et a bouleversé quelques habitudes… Il a bel et bien « pimenté » l’info.

A l’arrêt du titre, j’ai eu le sentiment d’avoir fait le tour de mon métier en région, sachant que je ne souhaitais pas quitter le Sud. En dix ans, la pratique du journalisme avait aussi beaucoup changé et je ne voulais pas l’exercer dans de mauvaises conditions : contrainte de l’urgence, pression commerciale, perte d’éthique, infobésité, journée à rallonge, etc.

Alors j’ai décidé de mettre ma plume et mon micro au service d’autres : des entreprises, des associations ou des institutions.


Mais il m’arrive parfois, quand les projets sont intéressants, de refaire un détour par le journalisme avec bonheur.

> comme pour le monde de l’édition, avec quatre livres :

> comme à la radio, pour une saison (2018-2019) sur France Bleu Hérault, avec une carte blanche totale sur l’actualité. J’ai alors pu explorer un nouveau genre : le billet d’humeur et d’humour …

> comme à la télé avec le tournage d’émissions-test sur l’alimentation pour Via Occitanie et la Chaîne des consos et des citoyens (projet malheureusement avorté).